Actualité Réforme de l’apprentissage, rentrée 2018 : le point avec Antoine Ancona, directeur du CFAI

Réforme de l’apprentissage, rentrée 2018 : le point avec Antoine Ancona, directeur du CFAI

L’apprentissage et ses enjeux sont au cœur des débats d’aujourd’hui. Entretien avec Antoine Ancona, directeur du Centre de Formation des Apprentis d’UIMM LYON-FRANCE, sur les impacts de la réforme de l’apprentissage et la rentrée 2018 en cours de préparation.

Le gouvernement a annoncé récemment ses mesures pour la réforme de l’apprentissage. Que sait-on aujourd’hui des impacts pour les entreprises ?

C’est une réforme importante qui va largement impacter l’ensemble des acteurs de l’apprentissage en 2019. Même s’il reste, à ce jour, de nombreux points devant être précisés, on peut déjà citer les mesures qui devraient faciliter l’embauche d’un apprenti, comme la réglementation permettant d’améliorer l’intégration des apprentis mineurs, la procédure d’enregistrement du contrat qui sera réformée, une durée du contrat pouvant être modulée, une aide unique pour les TPE/PME. A noter également que les entreprises pourront mettre en place une certification pour leurs maîtres d’apprentissage, par voie de formation ou de reconnaissance des acquis de l’expérience. C’est un levier managérial intéressant pour l’entreprise souhaitant mobiliser davantage de collaborateurs dans l’accompagnement d’un apprenti.

Le développement de l’apprentissage suppose qu’il y ait davantage de candidats à l’apprentissage, quelles sont les mesures proposées par cette réforme ?

C’est un sujet à forts enjeux pour les entreprises industrielles. Chaque année, de nombreux postes en entreprises ne sont pas pourvus faute de candidats. La réforme prévoit de développer des prépa-apprentissage, de mettre en place des journées d’information sur les métiers tout au long de la scolarité des élèves. Ces mesures sont intéressantes, de nombreux élèves méconnaissent totalement les métiers de l’industrie, les formations y conduisant et toutes actions permettant de davantage en parler sont positives.

La réforme modifie-t-elle le rôle du CFA et de la branche de la métallurgie ?

Les branches professionnelles seront au cœur du processus. Elles auront un rôle dans le pilotage du dispositif, dans les choix et les orientations, dans la définition des compétences attendues et dans la co-construction des diplômes.
En ce qui concerne notre CFAI et même si la réforme va largement impacter le modèle économique et organisationnel, notre rôle et nos missions principales seront toujours en priorité l’écoute des besoins des entreprises, la promotion des métiers de l’industrie, l’accompagnement des jeunes, la mise en relation des différents acteurs, la mise en œuvre d’une formation de qualité et adaptée aux besoins des entreprises.

Comment se déroule la préparation de la rentrée 2018 ?

Les premières journées portes ouvertes qui ont eu lieu en janvier et février sont un succès, avec une augmentation des candidatures. Les entreprises peuvent dès à présent rencontrer des candidats potentiels.
Pour cela nous avons développé, cette année, une plateforme accessible en ligne et qui permet de faciliter la relation candidats-entreprise.
Les candidats ont déposé sur la plateforme lors de leur inscription leurs CV, lettre de motivation, bulletins… Le CFAI de l’AFPM vérifie que ces pièces correspondent aux critères d’admission de la formation, et si c’est le cas, les déclarent admissibles. Les jeunes peuvent être en interaction directe avec les entreprises, mais nous continuons à les accompagner.
Notre équipe oriente les entreprises, via la plateforme, vers l’ensemble des CV qui répondent au mieux à leur besoin. Nous assurons le suivi des contacts entre les deux partis, et organisons des rencontres dans nos locaux si besoin. Si les entreprises souhaitent s’occuper de toute la procédure, c’est encore plus facile, et elles accèdent à un large choix de profils.

A ce jour, pour l’ensemble de notre offre de formation, nous comptons déjà plus de nombreux jeunes déclarés admissibles et en recherche d’une entreprise d’accueil. Ces candidats, intéressés par les métiers de la chaudronnerie soudure, de l’usinage, de la maintenance, de l’électrotechnique sont dès à présent prêts à rencontrer les entreprises.
Nos équipes sont à la disposition des entreprises pour les accompagner dans leurs démarches, pour les informer ou les aider dans leur décision.

 

Pauline Dimitrov