Actualité Marque employeur, mode d’emploi !

Marque employeur, mode d’emploi !

On parle beaucoup de marque employeur. Mais que se cache-t-il derrière ces mots ? Un concept de communication dont les grands groupes se sont déjà emparés. Les TPE PME qui, elles aussi, doivent améliorer leur attractivité ont tout intérêt à se l’approprier également et… à le faire sans complexe, car la marque employeur est accessible à toutes les entreprises. Voici quelques premiers conseils pour se lancer dans une marque employeur

Communiquer pour attirer les talents !

La marque employeur, c’est tout simplement l’image d’une entreprise auprès de ses collaborateurs et de candidats potentiels, mais également auprès de ses clients et partenaires. Elle porte l’identité de l’entreprise, son ADN social. Son socle est constitué des valeurs, de la culture, du projet de l’’entreprise, mais aussi de son ambition en termes RH. Elle se traduira dans une démarche complète de communication …

Poser un premier diagnostic sur son attractivité employeur

Il s’agit dans un premier temps de prendre conscience de là où en est l’entreprise sur les thématiques RH, de faire un point sur l’accueil des nouveaux arrivants, la qualité de vie au travail, la formation continue, l’équilibre vie privée – vie professionnelle, les conditions de travail, la perception des valeurs mais aussi la question de l’environnement. Pour réaliser cet audit, il est indispensable d’aller à la rencontre de ses salariés pour recueillir leurs besoins. Ce premier diagnostic doit être sincère. Il sera un indicateur sur le positionnement de l’entreprise en tant que marque employeur et permettra d’évaluer le chemin qui lui reste à parcourir. L’idéal étant de se fixer des échéances réalistes et réalisables.

Mettre au point un discours positif sur son entreprise

Comme en marketing, une marque employeur se traduit par une promesse, des bénéfices différenciants qui doivent être étayés par des services concrets, tangibles, mesurables. Pas de fausses promesses qui pourraient se retourner contre l’entreprise. Elle doit ancrer ses actions dans sa réalité. Cette stratégie de communication RH doit irriguer toute l’offre RH de l’entreprise, s’infuser chez chaque manager. La posture qui sera privilégiée sera axée sur le plaisir individuel et collectif des salariés à travailler avec une responsabilité partagée des employeurs et des salariés. L’entreprise construira un nouveau récit pour valoriser ses atouts, un récit tourné vers l’avenir.

Adapter ses outils de communication

Après le diagnostic posé et la stratégie définie, il faut travailler ses outils de communication RH : site internet, livret d’accueil des nouveaux arrivants, offres d’emploi … tous les outils doivent être déclinés sur les choix de la marque employeur … De nouveaux outils en phase avec les attentes des nouvelles générations peuvent être également créer : une présentation courte et percutante en vidéo de son activité, une prise de parole sur les réseaux sociaux…en s’assurant du soutien de ses collaborateurs qui deviendront les premiers ambassadeurs de leur entreprise s’ils s’y sentent bien !

Déconstruire les préjugés

L’industrie est un secteur particulier qui fait l’objet de nombreuses idées reçues. Et c’est un enjeu de taille quand on lance une marque employeur. Si les entreprises industrielles sont perçues positivement pour leur innovation et leur capacité à créer de l’emploi, certains préjugés perdurent et nuisent à leur attractivité. C’est bien connu, « il n’y a pas de femmes dans l’industrie », ou bien « les robots qui détruisent des emplois », ou encore « c’est poussiéreux et sale dans l’industrie, c’est pour ça qu’on porte un bleu de travail »… L’entreprise qui se lance dans une marque employeur doit déconstruire ces préjugés. Plus nombreuses seront les entreprises qui s’attaqueront à ces préjugés, moins il y aura d’idées fausses qui circuleront, plus les marques employeurs seront efficaces. Alors quel que soit l’outil de communication utilisé, l’entreprise veillera à prendre le contrepied de ces jugements préconçus… en donnant à voir sa propre réalité