Actualité Medical Group, toutes les clés pour réussir la reprise !

Medical Group, toutes les clés pour réussir la reprise !

Antoine BEROUD et Christophe DEYCARD, deux ingénieurs Arts & Métiers et Mines de Saint-Etienne reprenaient en juin dernier Medical Group. Cette entreprise sous-traitante de fabricants de prothèses implantables évolue sur un marché en forte croissance mais de plus en plus contraint par la réglementation... Partage de la stratégie de développement mise en place avec Antoine BEROUD.

CDeycard - ABeroud

Pouvez-vous présenter vos produits, votre activité ?

Nous sommes sous-traitants, pour 90% de notre activité, d’entreprises fabricantes de prothèses médicales implantables, avec une spécialité, la fabrication d’un revêtement de finition, métallique ou céramique, déposé sur les prothèses et dont le but est de favoriser la repousse osseuse après l’implantation. A la base de certains de ces revêtements, une poudre appelée hydroxyapatite que nous fabriquons et revendons aussi en l’état à certains clients. Parallèlement à cette activité, nous emballons pour nos clients, les prothèses en salle blanche, dans les conditions exigées par la réglementation. Grâce à nos laboratoires d’analyse microbiologique et physico-chimique, nous réalisons des analyses pour notre compte et celui d’autres entreprises, issues majoritairement de l’industrie pharmaceutique et des dispositifs médicaux. Enfin, nous fabriquons des biomatériaux et substituts osseux pour des applications orthopédiques et dentaires. Toute notre activité est réalisée sur nos deux sites de production, à Béligneux dans l’Ain pour la poudre, et à Vaulx-en Velin pour les autres services.

Medical Group évolue sur le marché de l’orthopédie, quelle est votre vision de celui-ci ?Revet TIT sur cotyle

Nous sommes sur un marché en mutation qui connait une forte croissance, + 5 % par an en moyenne, avec des progressions pouvant aller sur 2 chiffres pour certains acteurs. Cette croissance est due au vieillissement de la population, à l’élargissement de l’offre aux pays émergents ainsi qu’à l’évolution de nos modes de vie avec une poussée du phénomène d’obésité. Une croissance structurelle qui ne devrait donc pas fléchir. Puis, c’est un marché qui est dans une logique de concentration. Les grands groupes absorbent progressivement les TPE et les PME européennes afin de récupérer l’exploitation des brevets et profiter de leur capacité d’innovation. Et cette concentration ouvre de nouveaux marchés aux sous-traitants.

Ensuite, le marché des dispositifs médicaux extrêmement large, allant du pansement à la prothèse implantable est de plus en plus encadré. Alors que jusque-là, la réglementation était plus souple que dans le médicament, au fil des crises sanitaires, celle-ci est devenue beaucoup plus stricte. Notre activité de sous-traitance relève du niveau de la classe 3, le niveau le plus élevé, se rapprochant ainsi des normes du médicament. Et ce n’est pas fini, en mars 2020, un nouveau règlement européen qui concerne tous les dispositifs médicaux va rebattre les cartes et les entreprises qui ne sont pas en phase avec les standards de qualité imposés ne survivront pas.

Qu’est-ce qui vous a incité à reprendre Medical group il y a 6 mois ?

C’est justement l’analyse de ce marché qui a été un des déclencheurs pour nous. Au moment de la reprise, Medical Group faisait partie de ces entreprises qui pouvaient avoir du mal à faire face aux nouvelles normes. Mon associé et moi, avons mené pratiquement toute notre carrière dans le milieu pharmaceutique. Nous le connaissons très bien. Même si ce n’est pas le même univers que les dispositifs médicaux, il y a des similitudes. Nous avons tous les atouts pour réussir cette reprise : les fondamentaux solides de Medical Group, un marché en croissance, nos expériences respectives et la confiance de deux investisseurs, Rhône-Alpes PME et Sofimac Régions.

Quelle stratégie avez-vous mis en place ?

Nous nous sommes engagés sur deux axes stratégiques prioritaires. Nous avons entièrement restructuré la partie qualité de la production avec le recrutement d’une nouvelle directrice qualité et affaires réglementaires. Parallèlement, nous travaillons à une réorganisation plus large des process de l’entreprise, afin de devenir irréprochable sur toutes nos offres. Notre deuxième axe de travail est complètement lié au premier, il s’agit de redonner confiance aux clients. La confiance est essentielle dans notre marché. C’est nous qui transformons, emballons, et conditionnons le produit au nom de nos clients.

Quelles sont les perspectives de Medical Group

Pour les deux années à venir, notre objectif est de consolider la structure et de travailler la relation clients. Un nouveau site internet sera bientôt mis en ligne. Nous allons déménager en 2019 le site de Vaulx-en-Velin vers Saint-Priest, pour des locaux neufs et plus grands avec une nouvelle salle blanche, une ligne de nettoyage, une installation centrale de traitement d’air et quelques machines de conditionnement. Avec des clients qui connaissent des croissances à deux chiffres et des potentiels énormes qui s’ouvrent via l’ouverture de nouveaux marchés, nous sommes résolument optimistes. Notre ambition est de positionner Medical Group comme un acteur de référence en alliant un haut niveau de performance industrielle avec la complète maîtrise des exigences Qualité et des évolutions réglementaires.

Chiffres clés :

8,5 M€ de CA

70 collaborateurs

2 sites de production

+ 5% c’est la croissance du marché annuel

 

E Rondelli