Actualité La passion de l’industrie au féminin

La passion de l’industrie au féminin

Les métiers de l'industrie ne sont pas exclusivement réservés aux hommes. Même si elles restent minoritaires, les femmes sont de plus en plus reconnues et recherchées. Le GEIQ industrie Rhône accompagne les entreprises qui veulent féminiser leurs ateliers en leur proposant des candidates souvent passionnées qui découvrent une industrie bienveillante et accueillante !

Face à une demande croissante des entreprises qui souhaitent davantage de femmes dans leurs ateliers, le GEIQ Industrie Rhône porte une attention toute particulière aux recrutements féminins. « Lors des forums emploi, nous essayons de convaincre les femmes que l’industrie n’est pas réservée qu’aux hommes, et qu’elles peuvent devenir usineuse, assembleuse monteuse ou encore soudeuse. Et la réussite est au rendez-vous. La plupart des femmes qui se sont lancées sont aujourd’hui très satisfaites de leur choix ». Explique Agathe Rigaud du GEIQ.

Aimer travailler avec ses mains
Alice Mvazé, 38 ans, a « rencontré » l’industrie il y a un an à peine. Camerounaise, elle est arrivée en France en 2002 pour suivre ses études. Elle obtient un diplôme en langues étrangères appliquées, elle se lance dans des études de commerce…pour réaliser le rêve de ses parents. Après avoir occupé différents postes de vendeuse et hôtesse de caisse, elle prend goût aux activités manuelles dans sa nouvelle vie. « Seule avec mes enfants, c’est moi qui bricolais dans la maison, qui montais les meubles, les jouets des enfants. J’ai découvert que j’aimais vraiment ça et c’est ce qui m’a donné le goût de mon nouveau métier ».

Identifier sa passion
Un jour, Pôle Emploi lui propose des offres d’emploi différentes : des métiers industriels, tourneur, fraiseur, assembleur monteur. Elle saisit cette opportunité et assiste à la journée d’information organisée par l’Ecole de Production Boisard. Elle passe des tests avec succès et est admise à la préparation opérationnelle à l’emploi collective en assemblage montage (POEC*). « Certes les mises à niveau en géométrie et mathématiques sont incontournables pour nos métiers, mais c’est la pratique qui m’a immédiatement plu, j’ai réalisé des perçages et assemblé des petites pièces ».

Développer ses savoir-faire
Après cette POEC, Alice décide de s’engager dans un contrat de professionnalisation en assemblage montage, avec un CQPM (Certificat de Qualification Paritaire de la Métallurgie) à la clé. Le GEIQ Industrie Rhône l’accompagne dans sa recherche et son profil séduit les recruteurs de BOBST Lyon, le leader mondial de la fabrication et la fourniture de machines d’emballage. « Actuellement, je monte et j’assemble des petits sous ensembles. Je m’y sens bien. 90 % des collègues sont des hommes et ça se passe très bien. Je suis bien entourée. Ça leur fait plaisir que je sois là. Ils sont patients. Ils m’aident, ils me conseillent. Et puis l’atelier est vraiment magnifique, j’ai mon espace dédié avec mon ordinateur et tout le nécessaire pour travailler. Je m’interrogeais pour savoir comment j’allais procéder avec les pièces lourdes. En fait, il y a des ponts facilement manipulables pour porter les pièces sans effort physique. En tant que femme je suis tout à fait capable de le faire ». Au-delà, les conditions de travail ont également séduit Alice. Elle commence à 7h15 le matin et finit à 15h30, et elle ne travaille jamais le weekend. Elle dit n’avoir jamais bénéficié d’aussi bonnes conditions de travail. Grace à ces horaires, elle peut consacrer du temps à ses enfants.

Gagner en confiance en soi
Chez BOBST Lyon, les parcours de formation sont très cadrés, avec des process bien organisés. Les personnes formées progressent au fur et à mesure et à leur rythme. En 10 mois, Alice a atteint un très bon niveau selon son tuteur. « Il y a 10 mois à peine, je ne savais pas ce qu’était une clé à molette et aujourd’hui je suis autonome sur mes montages. Quand je regarde mon parcours, je me dis que je suis complètement transformée et je suis fière de moi. Tous les montages ne sont pas faciles mais j’aime relever les défis. Les montages que je n’ai pas encore réalisés, je les ferai. » Malgré son ton assuré, Alice manque encore parfois de confiance en elle, son tuteur et ses collègues sont là pour la rassurer. Mais également le GEIQ Industrie Rhône qui travaille beaucoup sur l’accompagnement personnalisé de ses salariés, femmes et hommes. L’objectif est de rassurer ces candidates qui doutent souvent dans ces univers masculins. Mais, les femmes ont une telle pression face à la réussite, qu’elles sont parfois plus à l’écoute que les hommes, plus curieuses aussi. Elles se concentrent davantage avec le succès souvent à la clé.

Alice conclut « J’ai du mal à réaliser ce qui m’arrive, je ne vois pas le temps passer. J’ai enfin trouvé ma voie grâce au GEIQ Industrie Rhône. A la différence de mes parents, je vais laisser mes enfants choisir leur métier. Mais j’essaie chaque jour de leur faire aimer le travail manuel tant les opportunités professionnelles sont nombreuses ! »

En savoir plus : Contacter le GEIQ Industrie Rhône

Théo Debatty