La nouvelle convention collective de la métallurgie crée à partir du 1er janvier 2024 une classification unique des emplois dans la branche. Celle-ci répond aux enjeux liés aux nouvelles organisations et aux nouvelles technologies. 265 000 salariés sont concernés dans la région Auvergne-Rhône-Alpes. Certaines entreprises ont pris de l’’avance. SOLYEM, spécialiste du joint d’étanchéité statique, basée à Saint-Priest, a déjà mis en place plusieurs aspects de la nouvelle convention collective, dont la nouvelle classification. Témoignage de Vincent Escat, Directeur Général de SOLYEM.

Vincent Lescat F Lambert« La mise en place de la nouvelle classification s’est bien passée à Solyem avec une bonne implication de tous les acteurs. Nous avons commencé à informer l’ensemble du personnel, sur la nouvelle convention de la métallurgie et la nouvelle classification, avant le début de l’année 2023. Commencer tôt nous a permis d’avoir du temps et ne pas être sous la pression de la réussite.

Pour continuer à développer un dialogue social harmonieux, nous avons fait le choix d’associer immédiatement les représentants du personnel à la démarche. Ils ont été formés à la nouvelle méthode de classification avec l’équipe de direction avant même de démarrer le projet.

Puis, nous avons organisé 5 réunions de travail, véritables commissions de cotation des emplois, toujours avec les représentants du personnel. Objectif : procéder à l’évaluation des emplois avec la nouvelle méthode de classement et puis corréler les postes avec la nouvelle classification.
Ces commissions se sont conclues par une réunion d’harmonisation pour finaliser le nouveau classement, sachant que la décision du classement final revient à l’employeur.

Il y a plusieurs leviers essentiels à la réussite de ce projet. Tout d’abord la bonne compréhension de la mise en œuvre de cette nouvelle méthode de classement. Le deuxième levier, c’est l’anticipation associée à une communication et une-information régulières tout au long de la démarche. L’accompagnement et les conseils d’UIMM LYON FRANCE qui nous connait bien ont été également très précieux. Enfin, il ne faut pas négliger le temps qui doit être consacré aux descriptions d’emploi issues de la méthode. Le dialogue social a été important mais nous ne partions pas d’une feuille blanche.

Les représentants du personnel ont bien joué leur rôle. Ils sont désormais sur le terrain aux cotés des managers et des RH pour assurer la transition avec les salariés jusqu’à sa mise en œuvre en janvier 2024.

Crédit photo Frédéric Lambert  – Vincent Escat, le 4 septembre dernier lors d’une conférence sur la nouvelle convention collective de la métallurgie organisée par la DDETS et le Progrès.