Actualité L’industrie doit se mobiliser pour l’égalité professionnelle femmes-hommes !

L’industrie doit se mobiliser pour l’égalité professionnelle femmes-hommes !

L’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes a été déclarée grande cause nationale par le gouvernement. Elle passe par une implication de tous. L’index égalité professionnelle femmes-hommes permet de mesurer le niveau de mixité dans les entreprises. Le point avec Anne Sophie Panseri, Directrice Générale de Maviflex et ambassadrice de cet index.

Pourquoi un index égalité professionnelle femmes-hommes ?

Pour en finir avec les inégalités salariales entre les femmes et les hommes, le législateur a voulu que toutes les entreprises puissent connaître et afficher des éléments factuels de mixité. Cet index permet de savoir où en est chaque entreprise sur le sujet et de l’accompagner vers plus de mixité… et la nouveauté à partir du 1er mars 2020, c’est qu’après les entreprises du CAC 40 et les ETI, toutes les PME de plus de 50 salariés seront dans l’obligation de le calculer.

En quoi consiste cet index ?

Il est calculé chaque année à partir de 4 ou 5 indicateurs, selon la taille de l’entreprise : écart de rémunérations entre hommes et femmes, écart des augmentations, écart des augmentations après les congés maternité, parité sur les plus grosses rémunérations de l’entreprise, promotions pour les grands groupes. L’index a été limité à 4 indicateurs pour les PME afin de faciliter son déploiement. A partir de ces indicateurs, une note sur 100 est déterminée. Les entreprises sont dans l’obligation de l’envoyer chaque année à la DIRECCTE, sinon elles risquent une pénalité financière allant jusqu’à 1 % de leur masse salariale. Elles doivent également le mettre en ligne sur leur site internet.

 

Capture index3

 

Que faire du résultat de l’index ?

Si l’entreprise obtient un score inférieur à 75, elle doit mettre en place des actions correctives rapidement. Elle a 3 ans pour rattraper son retard. Le chef d’entreprise doit être ambitieux. Avec ce système, l’entreprise connait ses points faibles. Si certains indicateurs sont longs à faire bouger, ce n’est pas compliqué d’obtenir rapidement des améliorations substantielles sur d’autres sujets. Par exemple, il est facile de décréter que les collaboratrices de retour de congés maternité doivent bénéficier des mêmes augmentations que leurs collègues. Je reste optimiste et persuadée que les entreprises seront nombreuses à être au-delà des 75 / 100.

L’égalité professionnelle est un vrai sujet dont les entreprises du CAC 40 se sont emparées depuis longtemps. Aux PME, maintenant d’en faire un avantage fort pour améliorer leur attractivité dans le cadre de la marque employeur.

Et vous en êtes où chez Maviflex ?

Globalement, notre index est plutôt bon, sauf sur le top management. Celui-ci est majoritairement féminin, cependant il ne fait pas partie de l’établissement mais de la holding et donc biaise le calcul de l’indicateur. C’est un problème que nous ferons remonter à la DIRECCTE car il concerne d’autres entreprises qui ont la même organisation que nous. Puis, il y a l’indicateur sur les rémunérations que nous n’avons pas pu calculer. Certains de nos métiers en production sont aujourd’hui pratiquement exclusivement masculins et donc le calcul n’était pas significatif. Nous avons aussi des progrès à faire sur la mixité sur certains métiers, l’index met l’accent sur ce point.

Vous êtes ambassadrice, quel est votre rôle ?

Aujourd’hui, on sait que de nombreuses entreprises ne sont pas encore au point sur cette nouvelle règlementation. Sans aucune prise de position politique, mon rôle est de faire connaître l’index, d’expliquer le sens de la réforme, de faire remonter les remarques du terrain, de partager les belles initiatives et de créer un cercle vertueux. Nous sommes 4 ambassadrices sur la région à prendre la parole aux côtés de la DIRECCTE, mais il y a aussi des hommes ambassadeurs. Le sujet n’est pas un sujet de femmes. Il concerne tout le monde.

Être ambassadrice était important pour moi, en tant que femme et en tant que chef d’entreprise dans un objectif de transparence et d’égalité. Il était évident que je devais contribuer au sujet.

> En savoir plus