Actualité Monin Mécanique et le Lean Management, une autre vision de l’entrepreneuriat

Monin Mécanique et le Lean Management, une autre vision de l’entrepreneuriat

Passionné par la technique et diplômé de l’ECAM, Sébastien Monin a repris en 2011 l’entreprise familiale Monin Mécanique, spécialisée en mécanique de précision. Son ambition : pérenniser l’entreprise en consolidant son excellence opérationnelle. Pour cela, il a décidé de mettre en place le principe du Lean Management en s’appuyant sur les hommes et les femmes de l’entreprise et avec des valeurs de respect, de transparence et de confiance. Challenge relevé, puisque Monin Mécanique a été nommée « Entreprise du Futur » par Safran en 2016. Entretien avec Sébastien Monin.

Qu’est-ce qui vous a incité à mettre en place le Lean Management dans votre entreprise ?

Deux phrases résument ma philosophe. « Si l’individu est talentueux, seul le groupe est génial » et « L’apparition des problèmes est une formidable opportunité pour apprendre ». Derrière chaque problème, il y a un trésor pour l’entreprise qui permet de progresser ensemble. Dans un moulin, pas d’eau, pas d’énergie ! Dans une entreprise, PAS de PROBLEME, PAS de PROGRES. On dit souvent que le Lean n’est pas adapté aux petites entreprises, mais les problèmes existent dans toutes les entreprises, quel que soit leur taille. Plus on les traite en amont et en équipe, plus on les traite efficacement.

Comment avez-vous adapté le Lean Management aux enjeux de votre entreprise ?

Nous nous sommes inspirés du Lean mis en place par Toyota. Nous l’avons adapté et créé le SPMM, le Système de Production Monin Mécanique. Il est construit autour de 3 piliers : les Améliorations Techniques ou kaizen technique, les Améliorations Organisationnelles ou kaizen organisationnel et les Améliorations Structurelles. Nous fonctionnons avec la technique des petites marches pour le court terme et des grandes marches pour le long terme. Le court terme porte sur les améliorations terrain liée à la production. Le long terme concerne davantage les évolutions liées à l’entreprise globale.
Autre élément clé de notre SPMM, l’application de la méthode des 3M*, le Muda, Mura, Muri, attentive aux gaspillages. S’il ne faut pas s’attarder uniquement sur le gaspillage, il est essentiel de savoir d’où il vient. Il peut être révélateur de dysfonctionnements non visibles.

Quel est le facteur de succès du déploiement du Lean dans votre entreprise ?

Ce qui est déterminant pour l’avenir de l’entreprise, c’est l’humain. Tous nos collaborateurs sont très impliqués dans le process. Nous les écoutons et ils évoluent en toute autonomie. Nous leur donnons également des moyens pour mettre en place les améliorations proposées. C’est le principe du management participatif, le vrai, pas celui de façade. Notre volonté, c’est celle de l’entreprise libérée, libérée des traditions, des règles. On est dans un cadre de confiance mutuelle sur le principe de la pyramide inversée. C’est notre vision d’entreprise.
Le SPMM fait naître également d’autres relations avec les collaborateurs : la reconnaissance, la proximité, la convivialité. La richesse gagnée par l’entreprise est redistribuée.
Autre facteur clé de succès, le terrain. En tant que managers, nous devons être, le plus souvent possible, au plus près de la production. On ne traite pas un problème de son bureau, on le traite aux côtés des personnes qui produisent.

Monin_machineCôté innovation, quels sont les impacts du Lean management ?

L’envie d’entreprendre doit nous amener à l’innovation permanente. Notre expertise est un travail de précision. Nous travaillons avec des tolérances aux microns ou aux centièmes. On doit donc être au top sur l’innovation organisationnelle, mais aussi technique. L’investissement machine est prioritaire chez Monin Mécanique. Notre parc machine a un âge moyen de 8 ans, contre 18 ans pour la moyenne du parc français**. Pour préparer l’avenir c’est indispensable. Si la machine ne remplace pas l’homme, elle permet l’automatisation des tâches et l’élargissement des périodes de production. Elle facilite aussi la standardisation des tâches et donc la polyvalence de nos collaborateurs.

Quel est l’avantage distinctif de Monin Mécanique ?

Nous avons fait le choix de l’excellence. La qualité, c’est LE point fort de Monin Mécanique. Notre organisation engendre un haut niveau de qualité. Nous n’avons pas de rêve de grandeur et pas d’actionnaires. Tous les coûts sont dédiés à la qualité du produit pour le client. Nous n’avons jamais cédé à la pression du prix. En 2016, nous étions pour Safran HELICOPTER ENGINE, le 2nd fournisseur en termes de qualité produits, tous fournisseurs confondus. Nous avons obtenu zéro PPM*** sur plus de 15 000 pièces produites. En novembre 2016, nous avons été nommés « Entreprise du Futur » par Safran HELICOPTER ENGINE. Ils étaient étonnés qu’avec 27 collaborateurs productifs, nous avions obtenu 52 300 Heures Productives en 12 mois.

Votre prochain défi ?

Continuer à pérenniser bien sûr ! Mais nos locaux datent de 1968 et nous envisageons de déménager d’ici 5 ans à 10 ans, car ils ne supporteront plus de nouvelles extensions. Et nous avons plein de nouvelles idées à déployer, un nouveau bâtiment nous y aidera.

En savoir plus

Monin Mécanique c’est :
4,4 M€ et 40 collaborateurs en 2016
Une entreprise d’usinage de pièces mécaniques de très haute précision en petites et moyennes séries.
Domaines d’intervention : aéronautique, armement, équipements spécialisés, médical
Clients principaux : Safran, Sames Kremlin, Air Liquide, MBDA, ASTRIUM

* La méthode 3M est une démarche de lutte contre le gaspillage qui d’une part identifie trois formes de gaspillage et d’autre part, propose pour chacune d’elle des voies pour les éliminer. Cette méthode japonaise vise à augmenter la productivité par une élimination progressive des gaspillages.
** Il est de 8 à 10 ans en Allemagne et de 12 ans en Italie.
***Indicateur du niveau qualité qui mesure le nombre de pièces non-conformes par millions de pièce.

Pauline Dimitrov